La Prose

Mensonge

Hier un de mes proches avait bu. Malgré nous ne sommes pas informé d’où il a bu, il avait enfin honoré de sa présence. Orgueilleusement il s’était prélassé sur le fauteuil comme que le monde appartienne entièrement à lui. Il s’est souvenu soudainement quelque chose et a pris le téléphone. Ainsi les autres qui vivent à la maison ont témoigné aussi à ses discours. Tout le monde se regarde étourdiment

Moment de mort

C’était la jeunesse, mise sur la voie lumineuse devant moi. Quant à moi je la regardais tout en la suivant. Après être allé pour un peu, j’ai demandé :
- Où sommes-nous ?
- Dans la place des soupçons.

Confession

Comme avant je me suis noyé par le piège au profonde et piège de mes observations. Le lieu du monde imaginaire que j’ai spéculé est tout vide. Il y a des ventes noires dans ce monde. En effet il n’y a aucune raison pour me gêner. Pourquoi un événement insignifiant (et qu’est-ce qu’il y aura même s’il était signifiant) et n’appartenant pas à moi-même aura un certain rôle dans ma vie ? Non, il faut que je change mon caractère…
En effet à chaque moment de vie, chacun de nous peut rester seule à quelque part. Tout a son propre sens, lieu

Mon attitude contre mon cœur

A chaque fois où la défeuillaison commence plein des mémoires d’automne, mon cœur me souffle ces mots : « Mon Dieu, Pourquoi mon destin est comme ça ? ». Mon âme sent par les sentiments élégants la nature apportant l’esprit à lui. La vitalité permanente dans la nature l’étonne. Les châtaigniers au profonde de forêt ou

J’ai peur

Quand il fait noir, la ville s’endorme. C’est seulement la sérénité qui n’a pas encore dormi. La sérénité grave qui brise le cœur de la nuit. Je crois que cette sérénité ne régnera qu’à mon cœur. Il y a probablement des gens qui n’ont pas dormi sauf à moi. Vraisemblablement je ne les vois pas. Je ne peux pas sentir même s’il y a quelque chose à mon entourage à gâter le silence de la nuit. Mes pensées ne me laissent pas tranquille. Je ne peux pas

Mes poissons

C’était l’août de cette année. Je suis tout seul chez moi. Je veux m’occuper de quelque chose. Bien sûre il sera le premier de ma créativité pour l’avenir.
.. Il y a des poissons multicolores dans l’aquarium. Je dépende à eux malgré je ne peux pas m’occuper d’eux parfois comme il est nécessaire. J’ai oublié même de les donner d’amorce comme je m’étais occupé de mes

Mon père

Quand j’avais dix ans, mon père vivait la période la supérieure de son vie. Je me souviens très bien, en 1996 j’écoute le discours de mon père dans la salle de TSHA à Moscou. En effet je ne fais pas confiance à ma mémoire. La mémoire est malveillante. Nos seulement elle nous stupéfie en se cachant mais encore elle avance des

Je dis que…

Il y a des fois où les gens en ont marre de vie, ils veulent aller à un désert silencieux où nul ne connaît pas tout en se fâchant à la société. Il veut qu’il y aura seulement lui et Dieu. Il ne veut ni voir les autres ni être vu par les autres. Je dors un demi de mon jour parfois pour me sentir dans un lieu si désert. Quelle différence ferait cela, les gens sont aussi désert quand ils dorent. Mais bien sûr il est vrai si les images sonore et abruti de la société qui

L'Infortune du monde

Qui peut savoir l'âge du monde? Pourquoi vit-on avec une telle passion, un tel intérêt dans le monde? Quand cela nous sert du bien, quand on le veut, on compte les jours, les semaines et les mois. On ne sait pas qu'ils sont soustraits de notre vie. Oh mon Dieu, avec quels sentiments on vit? On ne sait pas que quelqu'un noiera notre souffle, notre voix, n'importe quand. Peut-être qu'on avait noyé avant d'ouvrir nos yeux au monde, puis on est né.

L'Arbre et son rondin

Voilà la pierre, et voilà la balance. Si tu n'y crois pas, pèse et vois toi-même. Quelquefois, je commence à écrire mes ennuis. Ceux qui l'entend et le voit me disent "ne le fais pas, adoucis-le un peu". Mais fendre des arbres, c'est être condamné par le Dieu. D'accord, je vais adoucir, comme vous voulez. Pour vous faire du plaisir, je vais commencer par des arbres cette fois pour que vous soyez au repos jusqu'à ce qu'ils vous arrivent.
[1] [2] [3]